Myriophylle à épi: une plante aquatique et exotique envahissante

Une plante aquatique

Les plantes aquatiques sont présentes de manière naturelle dans les lacs et il est normal que leur taux de croissance fluctue au fil des saisons et des années. Bien entendu, lorsque les plantes aquatiques sont présentes en trop grande quantité, elles peuvent nuire aux activités récréatives du lac et diminuer la qualité esthétique du milieu.

Une croissance excessive de plantes aquatiques ou une diminution de la diversité des espèces peut être symptomatique de la détérioration de l’écosystème. Il est ainsi souhaitable de limiter les apports en nutriments afin d’éviter une prolifération de plantes aquatiques.

Une plante exotique envahissante


Les actions de la municipalité de Lantier envers le myriophylle à épi

Le myriophylle à épi (Myriophyllum spicatum) peut nuire aux espèces indigènes et à certains usages (ex: baignade). Sa présence, difficilement contrôlable et diminuant les capacités des lacs, est un problème rencontré dans beaucoup de plans d’eau du Québec.

Différentes mesures sont prises chaque année afin d’observer l’évolution de la qualité du lac ainsi que des populations de myriophylle à épi et d’autres espèces conjointes.

La municipalité a également décidé de contrôler l’accès au lac. Pour ce faire, une descente de bateaux a été aménagée, clôturée et contrôlée. Pour pouvoir mettre son embarcation à l’eau dans le lac Ludger, il faut au préalable enregistrer son embarcation auprès de la municipalité, se procurer une vignette annuelle et laver son embarcation.